Le plan Trump semble mal parti

En 1967, le plan Allon prévoyait de bloquer la route de l'État palestinien et de maintenir définitivement les Palestiniens sous l'autorité d'Israël. En 1979, il était suivi du plan Drobless puis du plan Sharon, qui poursuivaient le même objectif (1). Les trois textes reflètent les vues de l'extrême-droite israélienne. Pour l'essentiel, le plan Trump du 28 janvier 2020 reprend leur contenu.

Trois semaines après, le pape a fait part de son opinion sur le plan Allon-Drobless-Trump en disant que le conflit israélo-palestinien est «toujours non résolu» et qu'il faut faire attention au «danger des solutions non équitables, et, par conséquent, préludes à des crises nouvelles» (2).

Aux Nations-Unies, les avis sont très prévisibles: les pays antipalestiniens approuvent le plan (Royaume-Uni, Allemagne) et la plupart des autres (Chine, Russie, presque tous les pays du Sud) font remarquer qu'il contredit les paramètres définis par la communauté internationale dans les résolutions des Nations-Unies, les accords précédents et le droit international.

A la réunion du Conseil de sécurité de début février 2020, le représentant de la France a rappelé une évidence: le droit international et les résolutions du Conseil de sécurité ne sont pas quelque chose que les États peuvent respecter ou non comme ils l'entendent. Ils doivent être respectés (3).

Mon impression est que le plan est mis pour l'instant en attente parce que tout le monde attend de voir les actions que Netanyahu pourrait mener en juillet ainsi que le résultat des élections aux États-Unis. Si Trump les perd, la question sera de voir si son successeur passe ou non le plan à la trappe.

(1) Pierre Jaquet, L'État palestinien face à l'impuissance internationale, L'Harmattan, 2013, pp. 97-98.
(2) Philip Pullella, «Pope appears to give thumbs down to Trump's Mideast peace plan», Reuters, 23/2/2020.
(3) «Key Players Reject Proposed United States Peace Plan as Failing to Meet Minimum Rights of Palestinians, Special Coordinator Tells Security Council», Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, 11/2/2020.

jaquet.org